Discours De Bayeux Explication Essay

28 février 2011

Droit constitutionnel

Fiche n°3 : De la IVème à la Vème République.

« Commentez les extraits cités du discours de Bayeux »

Le 16 juin 1946, le Général Charles de Gaulles est à Bayeux afin de célébrer la libération de la première ville de France métropolitaine en juin 1944. Ce discours est certainement l’un des plus imminents qu’il ait été amené à prononcerdepuis l’appel du 18 juin 1940, six ans plutôt. Entre ces deux discours de Gaulle, seul contre tous, a appelé à la résistance, a organisé la France Libre sous la Croix de Lorraine à Londres, puis à Alger, a créé le GPRF (Gouvernement provisoire de la République Française), a rétabli la légalité républicaine, a repris pied sur le sol de la métropole en juin 1944, a rejoint Paris le 25 août, a voulu denouvelles institutions ce qui était pour lui « la tâche par-dessus tout urgente et essentielle ».
Le référendum du 21 octobre 1945 comportait deux questions, les deux questions ont obtenu un oui, c’est pourquoi un changement de constitution allait voir lieu suite à la demande d’une nouvelle assemblée élue constituante, mais les pouvoirs de cette dernière seraient limités.
La première assembléeconstituante était dominée par la gauche, avec le parti communiste français, les socialistes de la SFIO et un troisième grand parti, le Mouvement Républicain Populaire. Cette dernière réélit de Gaulle à la tête du GPRF. Très vite, le désaccord s’installe entre le Général et l’Assemblée. De Gaulle qui ne veut pas s’engager dans les luttes de partis démissionne le 20 janvier 1946. Il est remplacé parle SFIO Félix Gouin. L’Assemblée poursuit et termine son travail, le projet de constitution est soumis au peuple et est rejeté le 5 mai 1946, il instituait un régime proche du régime d’assemblée. De Gaulle avait appelé à voter non. La nouvelle assemblée élue le 2 juin 1946 est un peu plus à droite. Le MRP est devenu le premier parti et son leader, Georges Bidault, il devient président du GPRF.Mais la SFIO et le parti communiste français dominent quand même.
De Gaulle invité à Bayeux le 16 juin 1946, en profite pour exposer ses idées en matière constitutionnelle. C’est un discours bien construit montrant la conception du pouvoir par la volonté de restauration d’un Etat fort (I), c’est de même l’un des discours fondateurs de la Vème République (II).

I) La volonté de restauration d’unEtat fort.

Après avoir étudié l’autorité de l’Etat (A), nous verrons la séparation des pouvoirs gaullienne (B).

A) L’autorité de l’Etat.

Pour de Gaulle, l’Etat est réapparu en 1944. Il n’y avait plus d’Etat sur le sol français, même si il y avait l’Etat français de Vichy, car celui-ci n’avait plus la souveraineté. Pour le Général Vichy n’avait que l’apparence de l’Etat, lasouveraineté réelle était avec lui. De plus l’Etat doit être légitime et cela se fait par l’intérêt que porte la Nation envers l’Etat. Il faut noter que de Gaulle se voit comme le porteur de la dignité de l’Etat, c’est dont l’un de ses soucis majeurs que de l’assurer, tout comme l’autorité de l’Etat est un autre souci constant. En effet il ne peut y avoir de dialogue avec ceux qui contestent cette autorité,tous les moyens doivent être utilisés pour faire triompher cet autorité, de Gaulle souhaite un Etat fort.
Par la suite, l’unité des français devient une obsession chez le Général car certains territoires, certains groupes de personnes sont restés fidèles à Vichy pendant l’occupation. En d’autres termes le Général de Gaulle veut marquer un retour de l’autorité de l’Etat qui symbolise un Etat fort,il veut une totale rupture avec le passé, de plus, il doit assurer la reconstruction de la France, il doit affirmer cette obligation qui est la priorité à ce moment précis, rassurer les français… Donc il doit bien réaffirmer l’autorité de l’Etat.

B) La séparation des pouvoirs gaullienne.

L’objectif de de Gaulle est de mettre un terme à notre instabilité quasi-naturelle. En effet, on a...

Résumé du document

Dans un discours flamboyant prononcé à Bayeux, première ville française libérée après le débarquement de Normandie, le 16 juin 1946, le général de Gaulle énonce sa conception de l'Etat et des institutions.
Le général de Gaulle est né en 1890 à Lille et est mort en 1970. C'est en symbolisant la résistance opiniâtre de quelques-uns uns à l'abaissement de la France devant l'occupant allemand qu'il acquit une stature internationale et une légitimité historique qui lui permirent de se présenter comme recours lors de la crise d'Algérie. Ancré dans le passé, il conduisit cependant la modernisation de son « cher et vieux pays » qu'il pensait nécessaire pour assurer son indépendance. On lui doit notamment la constitution de la V République.
Ce discours, dans son commencement du reste très solennel, propose dans sa majeure partie les grandes lignes de ce que doit être la constitution du peuple français d'après guerre. Ce discours a eu une portée conséquente dans l'histoire constitutionnelle de France, et on a pu à ce titre le qualifier de « Constitution de Bayeux ». En effet à travers lui Charles de Gaulle, fort de son constat des dysfonctionnements de la III république, propose une nouvelle conception d'organisation institutionnelle. Ce discours, faisant suite au projet de constitution rejeté du 19 avril 1946, intéressera d'avantages les constituants de 1958 que ceux de 1946. C'est pourquoi on a pu parler de ce discours comme d'un « brouillon » de la constitution de la V république.
Il s'agit ici de s'interroger sur la conception qu'a le général de Gaulle des institutions française.
Il apparaît clairement qu'il est en faveur d'un pouvoir législatif bicaméral (I) et d'un pouvoir exécutif procédant directement du chef de l'Etat (II).

Extraits

[...] Commentaire du discours de Bayeux, de 'Certes il est de l'essence même de la démocratie . ' à ' . des traités conclus par la France' Introduction Dans un discours flamboyant prononcé à Bayeux, première ville française libérée après le débarquement de Normandie, le 16 juin 1946, le général de Gaulle énonce sa conception de l'Etat et des institutions. Le général de Gaulle est né en 1890 à Lille et est mort en 1970. C'est en symbolisant la résistance opiniâtre de quelques-uns uns à l'abaissement de la France devant l'occupant allemand qu'il acquit une stature internationale et une légitimité historique qui lui permirent de se présenter comme recours lors de la crise d'Algérie. [...]


[...] Ce discours, dans son commencement du reste très solennel, propose dans sa majeure partie les grandes lignes de ce que doit être la constitution du peuple français d'après guerre. Ce discours a eu une portée conséquente dans l'histoire constitutionnelle de France, et on a pu à ce titre le qualifier de Constitution de Bayeux En effet à travers lui Charles de Gaulle, fort de son constat des dysfonctionnements de la III° République, propose une nouvelle conception d'organisation institutionnelle. Ce discours, faisant suite au projet de constitution rejeté du 19 avril 1946, intéressera d'avantages les constituants de 1958 que ceux de 1946. [...]


[...] En effet il doit être établi au-dessus des contingences politiques ( ) un arbitrage national dont il est clair que le rôle revient au chef de l'Etat dans la conception Gaullienne : à lui l'attribution de servir d'arbitre au-dessus des contingences politique Afin de lui donner les moyens d'exercer cet arbitrage, et par là même d'être un arbitre actif, de Gaulle prévoit que le chef de l'Etat pourra s'appuyer sur le peuple souverain en cas de conflit avec le Parlement : il lui donne le droit de dissolution royale en invitant le pays à faire connaître, par des élections, sa décision souveraine De plus le président de la république doit être le garant de l'indépendance nationale et des traités conclu par la France si la patrie était en péril Cette attribution avait suscité à l'époque de vives polémiques mais sera appliquée dans l'article 16 de la Constitution de 1958. Au-delà de ce rôle d'arbitre, le président apparaît dans la conception Gaullienne comme le véritable chef de l'exécutif. B. Le chef de l'Etat, véritable chef de l'exécutif Dans la continuité de sa fonction d'arbitre national, il doit incarner l'intérêt général et être chargé de la politique majeure. [...]


[...] Plus précisément il devra veiller au bien fondé des lois qu'elle produira : il aura en effet fonction d'examiner publiquement ce que la première a pris en considération De Gaulle lui reconnaît également un rôle dans la production normative puisqu'il pourra formuler des amendements, proposer des projets En effet ici ce Sénat devra apporter dans la confection des lois ce facteur d'ordre administratif que la chambre des partis (le fameux collège politique a forcément tendance à négliger Il aura également pour fonction, en tant que grand conseil de l'Union française de délibérer des lois et problèmes intéressant l'Union Ce qui fait de cette chambre une deuxième source législative. On pourra s'interroger sur l'absence de contrôle prévu sur ses productions normatives. A côté de ce pouvoir législatif, de Gaulle envisage un pouvoir exécutif fort en tant que garantie d'un Etat fort, ces deux pouvoirs étant nettement séparés. [...]


[...] Il faut nécessairement en face d'elle un autre organe chargé de la modérer et de la contrôler puisque, selon le général, elle n'est pas dotée d'une clairvoyance et une sérénité entières C'est à cette fin que le discours de Bayeux propose l'instauration d'une deuxième chambre, sorte de Sénat mixte. B. Le Sénat mixte : Cette idée est chère à de Gaulle. Dans cette assemblée élue et composée d'une autre manière que la première, par les conseils généraux et municipaux, le citoyen est représenté dans son individualité propre. Elle assure la représentation des collectivités territoriales de la République, y compris des collectivités françaises décentralisées ou extra-hexagonales, ce que de Gaulle qualifie de vie locale dans ébauche de forme fédérative française. [...]

0 thoughts on “Discours De Bayeux Explication Essay

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *